30 de moins de 30 2020 : Mathilde Neu

« It will always be relevant and always be inspiring to see somebody turning themselves into a warrior» – Phoebe Waller-Bridge

Université / University

Master Histoire Contemporaine – Sorbonne Universités / Master’s Degree Contemporary History – Sorbonne University

Master Médias & Numérique – Celsa Paris Sorbonne / Master’s Degree Digital & Medias – Celsa Paris Sorbonne

Mémoire / Research paper

Droit d’auteur et Industrie musicale, du vinyle au numérique / French copyright and music industry, from Vinyl to Digital

Le discours des festivals de Musiques Actuelles autour de l’innovation / Music festivals and their actions on Innovation

Poste actuel / Current position

Consultante indépendante en stratégie de communication et contenus pour les structures MusicTech (Reprtoir, Music Story, Midem, IRMA, ESML) – Co-fondatrice et administratrice, Music Tech France – Intervenante professionnelle sur la production de contenu et l’écosystème MusicTech (Plaine Images, ESG, Sup de Pub) / Independent consultant for MusicTech actors (Reprtoir, Music Story, Midem, IRMA, ESML) – Co-founder and administrator, Music Tech France – Guest speaker on content production and MusicTech ecosystem (Plaine Images, ESG, Sup de Pub)

>> LinkedIn <<

>> Twitter <<

>> Facebook <<

>> Instagram <<

Music is life and life is music : 3 chansons/œuvres musicales marquantes personnellement ?

« November Rain » – Guns n’Roses

Je me souviens d’un disque dans la voiture de mon père, qui rassemblait les plus grands solos de guitare, dont November Rain. J’ai donc pris une première claque en l’entendant, puis une seconde en découvrant le clip. (Le CD a finit par fondre sur le tableau de bord au soleil).

« Caroline » – John Butler Trio

C’est l’un des premiers titres que j’ai appris à jouer à la guitare. J’ai mis un temps fou à le maîtriser et c’est aujourd’hui le seul que je sache jouer les yeux fermés (mon professeur était particulièrement patient).

« Snap Out of it » – Arctic Monkeys

Les Arctic Monkeys m’accompagnent depuis le lycée. « AM » est l’album que j’emmènerais sur une plage déserte, sans hésitation.

Ticket gagnant : quel a été le moment déterminant pour mettre le pied à l’étrier dans ce milieu ?

Je pense que l’on peut définir deux moments clés qui m’ont menée là où je suis aujourd’hui. D’abord ma rencontre avec les personnes clés de l’écosystème, dont Fabrice Jallet avec qui j’ai construit la Délégation French Tech au Midem (ma première mission qui réunissait innovation et musique). Il m’a surtout appris à comprendre et naviguer dans la MusicTech. L’innovation dans la musique m’était totalement étrangère, c’est lui qui m’y a fait entrer et m’en a fait comprendre l’intérêt.

Et puis un peu plus tard j’ai décidé de devenir indépendante et de me spécialiser dans la MusicTech. C’était un risque conséquent puisque même en ayant un réseau solide, c’était le saut vers l’inconnu. Je savais très bien que si je ne le tentais pas à ce moment-là, je ne le ferais sûrement jamais. J’ai commencé à travailler uniquement à des projets ayant trait à la musique et entamé ma première mission à long terme avec Reprtoir. Je n’ai jamais regardé en arrière.

Recommandation de spectacle/concert à voir absolument pour quelqu’un qui ne sort jamais ?

Un petit concert à 10 balles dans une salle qui sent la bière tiède. C’est un coup de poker et bien souvent c’est là que l’on a les plus belles surprises. Mes meilleurs souvenirs de concerts étaient à la Boule Noire ou au Pop Up du Label !

Qu’est-ce qui vous a pris de vouloir travailler dans la musique?

Je n’ai jamais vraiment envisagé de travailler dans un autre domaine, la musique a toujours fait partie de mes activités. J’ai passé le pas et me suis spécialisée quand j’ai compris qu’il était possible que j’aie un job chiant toute ma vie.

Mais je pense avant tout que je suis autant attirée par le domaine que les gens qui en font partie. Pour travailler dans la musique il faut en vouloir, mais alors y être innovateur il faut être cinglé. Pourtant, même si l’innovation a parfois du mal à être entendue, la musique a besoin de ces nouvelles idées qui font évoluer les méthodes de travail, de création, de diffusion… C’est toujours un plaisir de travailler avec ces personnes-là.

Vous rencontrez des aliens: les 10 titres / œuvres à leur faire découvrir ?

>> Ecouter la playlist <<

« Ocean » – John Butler Trio
« Indigo Night » – Tamino
« Need Somebody » – Boogie Belgique
« Don’t you worry ‘bout a thing » – Stevie Wonder
« Jumpin’ Jack Flash » – The Rolling Stones
« Heartbreaker » – Led Zeppelin
« Summertime » – Janis Joplin
« 715 – CR∑∑KS » – Bon Iver
« Lush » – Four Tet
« ekki husga » – Olafur Arnalds

SRSLY (sérieusement) : les enjeux de votre métier dans les 5 prochaines années ?

De mon point de vue, la musique est un domaine foncièrement humain et la MusicTech ne coupe pas à la règle. Les interactions physiques sont importantes et personnellement, c’est là que j’en apprends le plus. Mon activité consiste à communiquer correctement autour de solutions innovantes dans la musique : il faut trouver des moyens d’échanger autour de tendances, de se rencontrer et de mutualiser les efforts. Plus de 600 prestataires innovants dans la musique en France, c’est une sacrée communauté à comprendre et solidifier !

La MusicTech doit et va se structurer. L’innovation est inhérente à chaque partie de l’industrie musicale. En réalité, c’est ce que j’ai constaté dès mes premières missions : il manque un dialogue sain et constructif entre la Tech et Musique. C’est l’enjeu majeur, autrement j’aurais du mal à concevoir la façon dont on pourra relever le Live, les revenus digitaux des artistes… C’est d’ailleurs de là que vient aussi Music Tech France ; ce besoin de se rassembler et de mieux se connaître. Aujourd’hui, on est dos au mur ; il faut expérimenter le plus possible. C’est paradoxal, mais c’est la meilleure situation pour faire évoluer la MusicTech.

Enfin, l’une des tendances que j’estime parmi les plus importantes, c’est l’émergence d’associations et autres initiatives qui se battent pour une industrie musicale plus inclusive. En évoluant entre la musique et la tech, les problèmes de discrimination ne me sont pas étrangers. C’est majeur et j’en vois déjà des effets.

Y a-t-il une vie après la musique et à quoi la vôtre ressemblerait-elle?

Je ne crois pas que je me lèverais si facilement le matin si je ne faisais pas ce que je fais aujourd’hui. C’est pour moi aussi important d’être indépendante et de multiplier les projets en toute liberté que de travailler dans la musique.

Autre chose à rajouter ?

Je crois que j’ai passé un peu trop de temps à me demander quel métier faire. Et puis j’ai finalement créé quelque chose d’un peu hybride entre la Tech et la Musique. Ca demande de jouer des coudes sur le chemin, de se débrouiller seule, mais le jeu en vaut la chandelle !

…And now, in English…

3 songs/musical works that have been important in your life and why ?

« November Rain » – Guns n’Roses

My father had this CD in his car, a compilation of the best guitar solos, which included November Rain. So it was a revelation when I heard it, and again when I saw the videoclip (The record ended up melting under the sun, on the dashboard).

« Caroline » – John Butler Trio

It’s one of the first tracks I learnt to play on the guitar. It took me a long time to master it, and today, it’s the only one I know how to play with my eyes closed (my teacher was very patient).

« Snap Out of it » – Arctic Monkeys

The Arctic Monkeys have been one of my favorites since high school. « AM » is definitely the record I’d bring on a desert island.

Golden Ticket moment : when did you get your big break ?

I guess there would be two key moments that brought me here. First was meeting the central players in the French MusicTech ecosystem, including Fabrice Jallet who helped me build the French Tech delegation at Midem (my very first mission mixing innovation and music). Above all he taught me to understand and how to navigate in the MusicTech field. Innovation in music was completely new to me and this way I managed to get in and understand its importance.

Then a bit later I decided to become an independent and specialize in MusicTech. It was a pretty big risk to take, even with a solid network. It was a big leap, but I knew that it was now or never. I started to only take music related work and initiated my first long term mission with Reprtoir around a year ago. I never looked back.

The show/gig you recommend for someone who has rarely ever goes out?

Going to a small gig in a warm beer smelling venue. It’s always a gamble, but it’s usually when the best surprises happen. My fondest memories of live shows were in small venues in Paris!

Why on earth did you want to work in music?

I don’t think I’ve ever seriously considered working in another field. Music has always been part of my activities. I made the shift and specialized in MusicTech when I realized that having a boring job for the rest of my life was a possibility if I didn’t get moving.

But most of all, I think I am attracted by the MusicTech field as much as by the people in it. Let’s face it: to work in music requires a pretty strong motivation, but to innovate in music, well you need to be a bit insane. Although, even if sometimes innovation isn’t included in global strategies, the music field needs those innovators who rethink work methods, creation, broadcasting… It’s always fascinating to work with them.

You meet aliens : which 10 tracks do they need to hear ?

>> Listen <<

« Ocean » – John Butler Trio
« Indigo Night » – Tamino
« Need Somebody » – Boogie Belgique
« Don’t you worry ‘bout a thing » – Stevie Wonder
« Jumpin’ Jack Flash » – The Rolling Stones
« Heartbreaker » – Led Zeppelin
« Summertime » – Janis Joplin
« 715 – CR∑∑KS » – Bon Iver
« Lush » – Four Tet
« ekki husga » – Olafur Arnalds

SRSLY (seriously) : what are the stakes of your job within the next 5 years ?

From what I’ve experienced so far, music is a profoundly humane field, and MusicTech is no exception. Physical interactions are important and personally, it’s always when I learn the most. My activity consists in building the right communications for innovation in music : we need to find ways to recreate back and forth, define trends, meet and mutualize efforts on developments. More than 600 innovative service providers in France, it’s a pretty big community to understand and solidify!

MusicTech has to and is going to structure itself. Innovation is part of every bit of the music industry. That is actually what I’ve witnessed during my first missions; we are missing a healthy and constructive dialog between Tech and Music. It’s major stake, otherwise it would be rough to imagine how we would develop Live, digital revenues… By the way, it’s also where Music Tech France came from; the need to gather and know each other better. Today our backs are against the wall, we need to experiment as much as we can. Paradoxically, it could be a good setting to evolve in MusicTech.

Finally, one of the trends that I think are the most important, is the rising of initiatives to make the music industry more inclusive. As someone who has been working at the crossroad between Music and Tech, discrimination issues are not new to me. This is a major problem that is being tackled, and it’s already starting to show some effects.

Is there life after music, and what would yours be ?

I don’t think I’d get up in the morning as easily if I wasn’t doing what I do now. To me, it’s as important to be independent and be free to work several projects as it is to be working in music.

Anything else to add ?

I think I spent too much time wondering which job I would end up doing. And in the end, I created something hybrid, between Tech and Music. It takes more energy to push your way by yourself, but (thankfully) it is worth it!

Laisser un commentaire