30 de moins de 30 2020 : Swan Achard

Université / University

Poste actuel / Current position

Animateur Technicien Réalisateur – Radio Pays de Guéret / Radio technician, presenter and producer, Radio Pays de Guéret

>> LinkedIn <<

>> Facebook <<

>> Twitter <<

>> Instagram <<

Music is life and life is music : 3 chansons/œuvres musicales marquantes personnellement ?

Trois morceaux qui ont énormément affecté mon évolution musicale coté électronique.

« Strobe » – deadmau5

Je me souviens avoir découvert Deadmau5 sur une radio dans une émission nocturne, je devais avoir 15 ans. C’est cet artiste qui a été le déclencheur de « l’underground » pour moi.

« Elekktroshockk » – Dubsidia

Interne en lycée, un des personnages dans la chambre d’à côté (coucou Léo) écoutait ça. J’ai trouvé ceci extrêmement bizarre et dénué de sens au début… Puis à force d’en écouter je suis allé en chercher plus. C’est là que j’ai trouvé un de mes grand amour, la Bass Music

« Big Dream » – Clozee

Un morceau (et une artiste) qui ont vraiment été une révélation pour moi et qui m’ont fait beaucoup m’intéresser à la musique du monde et aux morceaux hybrides.

Ticket gagnant : quel a été le moment déterminant pour mettre le pied à l’étrier dans ce milieu ?

Virtual DJ/Atomix haha !

La possibilité de modifier des sons, je trouvais ça incroyable au début, j’avais 13 ans. Être un genre de magicien et de transformer des choses existantes en d’autres, de changer les rythmes et les tonalités. Après avoir découvert deadmau5 et de fil en aiguille m’être perdu dans l’internet, j’avais l’impression d’être déconnecté de mon entourage. J’avais envie de faire écouter ce que je découvrais. D’où la création de Freeswap en 2011, une association pour promouvoir la musique électronique au sens large. On avait organisé des soirées dans la salle des fêtes du petit village de Châtelus-Malvaleix où je résidais. C’était assez rigolo de prendre possession des lieux. Aujourd’hui Freeswap assume pleinement son orientation musicale et va fêter ses 10 ans.  Quand je vois d’où on est parti et où on est arrivé aujourd’hui c’est assez incroyable pour moi. Je n’aurais pas imaginé organiser des événements aussi “professionnels” par la suite avec des artistes parfois au-delà de nos frontières.

L’autre moment important concerne la radio. Au lycée, je n’étais pas vraiment passionné par les cours. J’étais plus investi sur les ateliers du lycée (théâtre, cirque, webradio) et d’autres formes d’investissements (délégué, CVL). Pour les cours c’était catastrophique… Je ne voyais pas où ça aller me mener. Un des CPE (que je remercie énormément) de mon lycée, à force de me voir redoubler (2 secondes, 2 premières) m’a alors proposé un parcours adapté. En gros, j’allais dans les cours qui m’intéressaient et le reste du temps j’allais en stage. J’ai fini par atterrir à Radio Pays de Guéret, la radio associative locale. A la fin du stage, j’avais la possibilité de faire une émission où on m’a laissé carte blanche. Et c’est là qu’a commencé mon histoire avec la radio. Je devais avoir 17/18 ans. Par la suite j’y ai réalisé un service civique, puis un emploi d’avenir et aujourd’hui je suis salarié. Durant toute cette période la radio et les différentes rencontres (label, festival…) ont énormément joué sur mon ouverture musicale qui a influencé mes autres projets.

Recommandation de spectacle/concert à voir absolument pour quelqu’un qui ne sort jamais ?

Hum… Difficile de choisir. Je dirais que niveau surprise sur des événements il y a eu Adam Nass au Théâtre Jacques Cœur de Bourges lors du festival. Je me rappelle du silence incroyable dans la salle tellement tout le monde était émerveillé par l’ambiance générale et cette voix !

Dans la catégorie surprise encore, c’était Shaka Ponk à Limoges. On m’avait invité et je connaissais le groupe mais sans plus, le show était juste incroyable. Une structure colossale avec des personnages virtuels qui interagissent avec les artistes. J’avais été incroyablement surpris par tout l’univers qu’ils proposaient.

Pour la scène électronique, les événements qui m’ont marqué c’est les soirées « Bass Music » Animalz à Paris. Je me souviens de la première fois où je suis rentré dans ce hangar géant où tout le monde est plus ou moins synchro sur la musique devant des écrans géants avec des créatures et animaux en 3D.

Dans le genre déconnexion du monde, il y a le Hadra Trance Festival dans l’Allier. On plonge au sein d’une communauté super accueillante et on se retrouve vraiment dans une sorte de petit village pendant quelques jours avec pas mal d’activités : conférence, initiation, performances (feu, théâtre d’impro…), cours de yoga le matin, décoration soignée… Je ne suis pas un grand fan de psytrance mais ça ne m’a pas empêché d’adorer ce festival. Il y avait même une scène « découverte » avec de tout. Musique traditionelle, dub, drum & bass…

Hâte d’en découvrir plein d’autres

Qu’est-ce qui vous a pris de vouloir travailler dans la musique?

Déjà répondu au-dessus du coup.

Vous rencontrez des aliens: les 10 titres / œuvres à leur faire découvrir ?

>> Ecouter la playlist <<

Je vais essayer d’être assez éclectique hors des sentiers battus pour jouer l’aspect échange et découverte.

Je commencerai avec un gros orchestre et la reprise de Benyamin Nuss de Ori and the Blind Forest pour le côté épique de la découverte de notre monde et pour montrer ce qu’on peut créer de joli (je vous conseille aussi la reprise de Laura Platt)
Après qu’ils se soient bien reposés, au petit matin j’entame la matinée avec Too Many T’s & ProleteR – « Everyday People », en leur montrant un peu nos connaissances, nos outils etc.
C’est le moment de la table espagnol autour de leur gros vaisseau installé dans l’herbe sous un soleil de printemps, on se découvre mutuellement et on savoure différentes substances sur fond de Aluna – Heyana
Bon fini de rigoler, c’est l’heure de leur faire goûter nos breuvages. Du coup on sort nos plus belles bouteilles et on va voir ce que ça donne en piste avec une nuit de concerts amorcé par Clavicule – « My Time »
La nuit continue, les DJ’s prennent la relèvent avec Senbei – « Shinjuku Street » ou encore Rocca – « Party Boppa » (Mowgli Remix) ou Les Frères Jackfruit – « Trance Ahidous ».
Il commence à se faire tard et ça commence à devenir légèrement chaud dans le coin du coup un petit Bodybeat – « Remember the Tim »e
Le lendemain, avant qu’ils partent ont leur expliquent que notre monde ne va pas très bien et pour jouer sur l’émotion The Flashbulb – « Undiscovered »
Le départ de nos amis les aliens Rezz – « Flying Octopus »

SRSLY (sérieusement) : les enjeux de votre métier dans les 5 prochaines années ?

Compliqué de se projeter en ce qui concerne la radio. Même si on a encore de l’écoute, c’est un média qui est devenu, à mon sens, un peu fragile avec les plateformes de musique à la demande notamment. Pour « survivre » il va falloir innover sans pour autant dénaturer notre identité, être ingénieux. Le fait que nous sommes sur une programmation très éclectique et indépendante reste en notre faveur car notre auditoire est composé de personnes curieuses. Passé d’un morceau de jazz à du gros métal c’est une marque de fabrique qui a aussi son charme.

Pour ce qui est de l’événementiel je ne m’inquiète pas trop. Il y aura toujours des artistes qui proposeront des projets innovant qui répondront à notre besoin d’évasion, de partage… On ne peut pas bâillonner la culture.

Y a-t-il une vie après la musique et à quoi la vôtre ressemblerait-elle?

Tant que je le pourrai, elle m’accompagnera même si je me lance dans d’autres projets. Ça reste un besoin, un pilier de ma petite vie. On verra si je continue ou non dans cette voie. Le secteur technologique et/ou naturel sont des secteurs qui m’attirent aussi beaucoup

Autre chose à rajouter ?

Un grand merci à toute l’équipe pour vos actions et votre bonne humeur ! A tous les artistes, organisateurs, labels qui m’ont ouvert leurs portes durant toutes ces années. Et qu’à la fin de cette pandémie la fête n’en soit que plus grande

…And now, in English…

3 songs/musical works that have been important in your life and why ?

« Strobe » – deadmau5

I discovered Deadmau5 listening to a late radio show, I was about 15, it was my first acquaintance with the « underground » music.

« Elekktroshockk » – Dubsidia

At my boarding school, one of the character from the room next door (hey Leo!) listened to this. I found this song extremely weird and full of non sense at first… But the more I listened to it, the more I went to dig in this type of music. This is how I found one of my big love, Bass music.

« Big Dream » – Clozee

A track, and an artist, which were a real revelation to me. I became really interest in World music and hybrid songs.

Golden Ticket moment : when did you get your big break ?

Virtual DJ/Atomix haha

At the beginning, when I was 13, I found incredible the possibility to modify sounds. To become a kind of magician and transform existing things into others, to change tonalities and rhythms. One thing leading to the other, after I discovered Deadmau5, I got lost in the internet and it felt like I was disconnected from my surroundings. I wanted to make people discover what I had found. This is why I created Freswap in 2011, an association that promotes electronic music in its broad sense. We organised parties in the village hall of Châtelus-Malvaleix, a small village where I used to live. It was quite funny to take possession of the place. Today, Freeswap is a well established association and it will celebrate its 10th anniversary this year. When I look back from where we started and where we are now it is rather unbelievable for me. I couldn’t imagine organising such « professional » events with international artists.

Another important moment was with the radio. I was not very interested in school when I was in High School. I was more involved in societies (theatre, circus, webradio) and I was also class delegate. I didn’t had good grades… I couldn’t see where all these will lead me. One of the Vice-Principal from my High School (whom I would like to thanks a lot) saw me repeating twice two different class level, so she proposed me to follow a special scheme. Basically, I had to go to class half of the time and I could do what I wanted the other half. I ended up at Radio Pays de Guéret, the local associative radio. At the end of the internship, they offered me to have my own show. This is when my story with the radio started. I think I was 17 or 18. After different type of contracts, now I have a permanent one at the radio. During all this time, the radio and other encounters (label, festival…) made me discover new music currents and influenced me on my projects.

The show/gig you recommend for someone who has rarely ever goes out?

It’s actually quite hard to choose. I’d say that of the biggest surprise was Adam Nass at the Bourges festival. I recall the silence in the incredible Jacques Coeur theatre where he performed. The hall was so big, everyone was stunned by the general atmosphere and his voice!

In the category ‘surprise’ I would mention Shaka Ponk in Limoges. I was invited and I only knew vaguely the band. The show was so great! The setting was made of a massive structure with virtual characters who interacted with the artists. I was so surprised by the artistic universe they offered.

For the electronic part, the « Bass music » events called Animalz in Paris really left a mark on me. I recall the first time I entered this big warehouse where everyone was synchronized with the music in front of these massive screens with 3D creatures and animals.

In the category « disconnected from the world » there is the HADRA Trance festival in the region Allier. You are completely immersed in a super friendly community. They create a kind of small village for some days where you can find many activities: conferences, initiation, performances (fire, impro theatre…), yoga classes in the morning, decoration… I’m not a big fan of psytrance but I must say I liked this festival. There was a stage where you could discover lots of different music genre, such as Traditional music, Dub, Drum & Bass….

Can’t wait to discover more!

Why on earth did you want to work in music?

(The answer is just above)

You meet aliens : which 10 tracks do they need to hear ?

>> Listen <<

I’m going to try to go out of the beaten tracks and play the « discovery » card.

I’ll first start with a big orchestra and Beyamin Nuss from Ori and the Blind Forest’s cover for the epic side of our world and show the beautiful stuff humans can create (I also recommend to listen to Laura Platt’s cover).
Once they’re a bit relaxed, I’ll start the day with Too Many T’s & ProleteR – Everyday People, and show them our knowledges, our tools…
Now it’s time for lunch around they big spaceship in the middle of the field and under the spring sun. We discover each other and savour different dishes listening to Aluna – Heyana.
Let’s get serious now, it’s time to make them taste our drinks, so we bring our best bottles and we go to the dancefloor to start a night full of concert starting with Clavicule – My Time.
The night goes on, DJs take over the night with Senbei – Shinjuku Street, Rocca – Party Boppa (Mowgli Remix) and Les Frères Jackfruit – Trance Ahidous.
It’s getting late and the temperature is rising with Bodybeat – Remember the Time.
The next day, we explain them our world is not going so well and we put The Flashbulb – Undiscovered to play with their feeling.
They’ll leave us listening to Rezz – Flying Octopus.

SRSLY (seriously) : what are the stakes of your job within the next 5 years ?

It’s quite complicated for me to know what will happen with the radio. Even though people still listen to us, I think it is a media which became a bit fragile due to the streaming platform. To ‘survive’, we’ll have to innovate without altering our identity, we’ll have to be ingenious. But we have a very eclectic programmation and we also play lots of independent artists, this is a good thing because our audience is mainly made of curious people. To put jazz songs followed by metal tracks is our trademark.

Concerning the shows and events, I’m not to worried. There’ll always be artists who will propose lots of innovating projects which will feed our need for evasion, of sharing… We cannot silence culture.

Is there life after music, and what would yours be ?

As long as it’d be possible, it will always be on my side even if I get involved in other projects. It will always be a need, a landmark of my small life. Let’s see if I carry on this way. I am also very attracted by new technologies and nature.

Anything else to add ?

Thank you to all your team for your actions and good vibes! To all the artists, music labels, organisers who open your doors to me all these years. Let’s hope that at the end of the pandemic the party will be even bigger.

Une réflexion sur “30 de moins de 30 2020 : Swan Achard

Laisser un commentaire