30 de moins de 30 ans 2019 : Emilie Daub

« Cessez de vous réfréner, désirez ! Le ciel appartient aux impétueux qui ne l’attendent pas. » – Lou Andréas-Salomé

Université / University

Master 1 Relations publiques, relations presse et évènementiel – ISCOM Paris

DUT Information-Communication – Université Paul Sabatier Toulouse

Poste actuel / Current position

Responsable Communication & Partenariats – Festival Woodstower

 

>> Profil LinkedIn <<

 

Music is life and life is music : 3 chansons/œuvres musicales marquantes personnellement ?

« Follow The Sun » – Xavier Rudd

Cette chanson a incarné mes deux ans de voyage à l’étranger, depuis la Nouvelle-Zélande jusqu’en Australie, ces paysages incroyables et ces belles rencontres, des moments de vie dont je me souviendrai.

« The Seed » – The Roots

J’étais au concert de « The Roots » en festival, pour le nouvel an 2013 en Australie. Premier festival de ma vie et en bénévole. Leur énergie sur scène m’a transcendée et m’a donné envie de participer à plus de festivals de l’intérieur.

« No Surprise » – James Yuill

Pour un moment parfait en voyage le regard porté vers la mer.

Ticket gagnant : quel a été le moment déterminant pour mettre le pied à l’étrier dans ce milieu ?

Venant plutôt à l’origine du privé, côté agence évènementielle notamment, quand j’ai souhaité intégrer la culture à Lyon, je me suis vue refuser beaucoup de portes. J’ai dû passer par plusieurs expériences : stage, service civique… Après ce dernier, j’étais à deux doigts d’abandonner, ne trouvant pas de travail dans cette culture que je chérissais tant et qui m’a vue galérer pendant plus de 2 ans. Quand un jour, le président de Woodstower m’appelle et me dit, Emilie il faudrait qu’on parle du poste de Chargée de Com à Woodstower.

Recommandation de spectacle/concert à voir absolument pour quelqu’un qui ne sort jamais ?

« Machine de cirque » un super spectacle de cirque contemporain vu à Paris où on passe très rapidement du rire aux larmes. Ça faisait longtemps que le cirque n’avait pas fait surgir toutes ces émotions en moi.

Qu’est-ce qui vous a pris de vouloir travailler dans la musique?

Comme je le disais plus haut, je viens plutôt du milieu privé, en 2012 je terminais mes études par un stage en agence évènementielle où je travaillais pour des marques lifestyles avec des budgets avoisinant le million. Après ça je suis partie à l’aventure pendant près de 2 ans à l’étranger où je cherchais du sens à mon projet professionnel, à la recherche d’un projet porteur de sens, qui m’anime. En 2013, je décide de devenir bénévole pour un grand festival de musique en Australie, le « Falls Music & Arts festival ». Celui-ci m’a transcendé, et notamment durant le concert de The Roots, où l’énergie portée par le groupe ne m’a pas laissée indifférente. C’est à ce moment-là où j’ai eu le déclic, voilà ce que je cherchais : allier l’organisation d’évènements avec des valeurs fortes humaines, festives et de partage. 6 ans plus tard, en 2019 je les ai revus en concert. Me voilà responsable communication d’un festival en France, la boucle est bouclée !

Vous rencontrez des aliens: les 10 titres / œuvres à leur faire découvrir ?

>> Ecouter la playlist <<

« Come Down » – Anderson Paak
« Heartbeat » – Nneka
« Feeling good » – Nina Simone
« 999999999 » – Flavien Berger
« Heaven’s only wishful » – Mormor
« Is It Always Binary » – Soulwax
« Cuba » – Orichas
« Summon The Fire » – The Comet is Coming
« Survivor » – Fleche Love
La Lettre à Elise – Ludwig Van Beethoven

SRSLY (sérieusement) : les enjeux de votre métier dans les 5 prochaines années ?

Dans les prochaines années, les enjeux sont assez importants pour le monde des festivals, dans un contexte actuel de concentration et de baisse de subventions publiques. La politique des pouvoirs publics au niveau territorial est un enjeu conséquent qui pousse les structures à se tourner vers de nouveaux modes de financements et ainsi adapter leurs modèles économiques, dans un contexte global d’augmentation des cachets artistiques et d’exigence croissante des festivaliers. De nouveaux modèles de coopération émergent et il est nécessaire que les festivals avec une véritable démarche et un projet culturel fort, s’allient et coopèrent, pour faire face à l’émergence de projets privés aux budgets conséquents. Pérenniser et défendre la culture avec un grand C, tel est l’enjeu !

 Y a-t-il une vie après la musique et à quoi la vôtre ressemblerait-elle?

Pour moi il y a 1000 vies possibles après la musique, car le champ des possibles est infini. Je ne sais pas si je serai toujours dans la musique mais rester dans la culture me tient à cœur. Je me retrouve dans les valeurs portées par ce milieu, travailler au développement de projets qui ont du sens, et porter à travers la culture des valeurs sociales, économiques, solidaires et ainsi participer à l’éveil les consciences.

Autre chose à rajouter ?

Je vais sûrement pas être très originale mais j’aimerais saluer cette belle initiative de valorisation de la jeune génération qui leur offre ainsi une place et une voix, ça permet de voir que l’on n’est pas seul. Cette notion bienveillante de partage, de transmission et de parité représente tout ce que j’aime à défendre, et j’espère pouvoir à mon tour y contribuer. Alors merci à toute l’équipe, aux mentors et à Emily pour cette bienveillance 🙂

 

…And now, in English…

3 songs/musical works that have been important in your life and why ?

« Follow The Sun » – Xavier Rudd

This song embodied my two years of travel abroad, from New Zealand to Australia.

« The Seed » – The Roots

I was at the concert of « The Roots » in Australia for new year’s 2013. First festival of my life as volunteer and public. That’s where I had an enlightenment, that’s what I want to do! Their energy on stage transcended me and made me want to participate from the inside in these moments so festive and unifying.

« No Surprise » – James Yuill

For a perfect moment, travelling, eyes lost in the sea.

Golden Ticket moment : when did you get your big break ?

I was originally working in the private sector, for an event agency and in a media. One day, I decided that I wanted to change my field and work in the cultural field in Lyon especially in music, but the transition was not that easy. I had to go through several experiences : internship, civic service… After one year as civic service, I was about to give up. I could not find a job in this cultural field that I cherished so much and which saw me struggle for more than 2 years. When one day the president of Woodstower calls me and says, “Emilie we should talk about the position available at Woodstower as Communication Manager.”

The show/gig you recommend for someone who has rarely ever goes out?

« Circus Machine » a great contemporary circus show seen in Paris where you quickly go from laughter to tears. It’s been a long time since the circus had brought me all these emotions

Why on earth did you want to work in music?

As I said earlier, I come from the private sector, in 2012 I finished my studies with an internship in an event agency where I worked for lifestyle brands with budgets close to one million. After that, I went on an adventure for almost 2 years abroad where I was looking for meaning in my professional project, looking for interesting projects to join. In 2013, I decided to volunteer for a major music festival in Australia, the Falls Music and Arts Festival. This one really changed my vision, especially during the concert of The Roots, where the energy carried by the band really convinced me. That’s when I got the trigger, that’s what I was looking for: to combine the organization of events with strong human, festive and sharing values. 6 years later, in 2019 I saw them again in concert. Here I am, Communication manager of a festival in France, the circle is complete !

You meet aliens : which 10 tracks do they need to hear ?

>> Listen to the playlist <<

« Come Down » – Anderson Paak
« Heartbeat » – Nneka
« Feeling good » – Nina Simone
« 999999999 » – Flavien Berger
« Heaven’s only wishful » – Mormor
« Is It Always Binary » – Soulwax
« Cuba » – Orichas
« Summon The Fire » – The Comet is Coming
« Survivor » – Fleche Love
La Lettre à Elise – Ludwig Van Beethoven

SRSLY (seriously) : what are the stakes of your job within the next 5 years ?

In the coming years, the stakes are quite high for the festival world, in a current context of concentration and decline in public subsidies. Government policy at the territorial level is a significant issue that pushes festivals to turn to new financing methods and thus adapt their economic models, in a global context of increased artistic fees and high demands of festival-goers. New models of cooperation are emerging and it is necessary for festivals with a real approach and a strong cultural project to combine and cooperate, in order to cope with the emergence of private projects with substantial budgets. Perpetuating and defending culture with a big C is what’s at stake!

Is there life after music, and what would yours be ?

For me there are 1000 possible lives after music, because possibilities are infinite. I don’t know if I’ll always be in music, but staying in culture is close to my heart. I find myself in the values carried by this environment, working on the development of projects that makes a difference, and carrying through the culture social, economic, solidarity values and thus participating in raising people’s awareness.

Anything you’d like to add ?

I will certainly not be very original, because like my comrades, I would like to welcome this beautiful initiative to promote the young generation which offers them a place and a voice, it allows us to see that we are not alone. This benevolent notion of sharing, transmission and parity represents everything I love to defend in culture, and I hope to be able to contribute to it. So thank you to the whole team, the mentors and Emily for your involvement and kindness.

 

  

 

 

Une réflexion sur “30 de moins de 30 ans 2019 : Emilie Daub

Laisser un commentaire