#PrixLNO 2018 : Sarah Carrier – « J’explore »

Université / University

Journalisme, Art & Technologie des médias, CÉGEP de Jonquière, Québec, Canada/ / Journalism at CÉGEP de Jonquière, Quebec, Canada

Poste actuel / Current position

Responsable Evénementiel chez Kitsuné / Event Manager at Kitsuné

>> Profil Linkedin <<

>> Twitter <<

>> Profil Facebook <<

>> Instagram <<

Music is life and life is music : 3 chansons/œuvres musicales marquantes personnellement ?

Mos Def – « Brown Sugar »

La première chanson de hip hop qui m’a fait tomber en amour avec le genre.

Digitalism – « Pogo »

Ce morceau jouait dans une chambre de résidence de l’école où j’effectuais mes études. C’était en effet la chambre de la personne qui allait devenir mon meilleur ami et qui m’a ensuite donné accès à une librairie d’artistes dont je n’avais jamais entendu parler. Je dirais que cela a été le début de ma passion pour la musique ou, du moins, l’ouverture sur toute une culture où j’ai souhaité en savoir davantage sur l’évolution de la musique d’une décennie et, d’un pays à l’autre, les différents styles musicaux, les origines et leurs influences sur la musique de nos jours, etc.

Ride – « Vapour Trail »

Ce morceau marquera à jamais mon arrivée à Paris et toute l’expérience qui en suivi.

Ticket gagnant : quel a été le moment déterminant pour mettre le pied à l’étrier dans ce milieu ?

Ma première expérience de travail, aux Inrockuptibles. Le fait d’organiser des concerts, d’être en contact avec les salles, les artistes et de produire ces premiers concerts pour certain, offrait un sentiment très unique de partage. C’était certainement le point où j’ai réalisé que je voulais travailler dans cette industrie et de créer davantage de moments comme ceux-ci.

Recommandation de spectacle/concert à voir absolument pour quelqu’un qui ne sort jamais ?

Loyle Carner pour son rythme/parler distinct, Beyoncé pour l’entertainment et, de manière générale, toutes les salles de concerts qui programment des artistes émergents à découvrir.

Qu’est-ce qui vous a pris de vouloir travailler dans la musique?

La musique a toujours fait partie de mon quotidien, c’est donc de manière naturelle que je me suis intéressée à l’industrie. Au-delà de cela, le fait de pouvoir être un levier afin que les musicien(ne)s expriment leur art m’a toujours passionnée et encouragée à créer des événements / projets.

Vous rencontrez des aliens: les 10 titres / œuvres à leur faire découvrir ?

>> Ecouter la playlist <<

Joy Division – « Disorder »
2pac – « Dear Mama »
Kendrick Lamar – « Love Feat Zacari »
Leonard Cohen – « So Long, Marianne »
Tweet – « My Place »
Cornelius Brothers & Sister Rose – « Too Late To Turn Back Now »
Etta James – « At Last »
Blood Orange – « Champagne Coast »
Pavement – « Gold Soundz »
Aphex Twin – « Window Licker »

SRSLY (sérieusement) : les enjeux de votre métier dans les 5 prochaines années ?

Contrairement à l’industrie du disque, l’industrie du live qui est à proprement parler de l’entertainment, n’est pas menacée car elle sert et servira toujours de levier/support aux sorties de disques. Le live est en effet toujours emmené à évoluer et à repousser ses limites créatives. Je pense que l’arrivée de nouvelles technologies telles que le livestream a fait évoluer la manière dont nous abordons et produisons des événements et nous a poussée à créer des concepts différents. Aujourd’hui, tout est réfléchi dans le but d’offrir une expérience à ses spectateurs pour qu’ils les partagent sur leurs réseaux sociaux et que ce souvenir perdure via un objet offert sur place, afin de se rappeler d’un moment passé. L’industrie du live doit entre autre s’approprier les nouvelles technologies, afin d’être toujours dans l’ère du temps et de se différencier par le biais d’expériences «uniques ».

Je pense toutefois que l’expansion de compagnies avec un très gros pouvoir d’achat telles que AEG, Live Nation, etc. empêchent certains marchés d’accéder aux bookings de certains artistes (émergent et plus établis), faute de budget.
Le risque d’avoir des majors ayant le monopole sur l’industrie peut réduire la diversité artistique dans les festivals/concerts, surtout régionaux, ou encore donner la possibilité d’accès à des concerts/festivals uniquement à une élite qui a le pouvoir d’achat. Il est important que la musique reste accessible à tous et que d’autres modèles économiques soient envisagés, afin de garder un prix d’accès raisonnable tout en participant à l’expansion du business.

Y a-t-il une vie après la musique et à quoi la vôtre ressemblerait-elle?

Comme la musique est une passion, elle fera toujours partie de mes projets, même si je ne suis plus amenée à travailler dans l’industrie. J’aimerais éventuellement ouvrir une galerie d’art mêlant photographie, performance live et café. Mes trois grandes passions !

…And now, in English…

3 songs/musical works that have been important in your life and why ?

Mos Def – « Brown Sugar »

Very first hip hop track that made me fall in love with hip hop.

Digitalism – « Pogo » »

This track was playing loudly in an open bedroom in the residence of the campus where I used to study. It was the room of the person who was going to become my best friend and who gave me access to a massive music library of artists that I had no clue existed. It really opened my curiosity to dig and learn more about music cultures from country to country, music’s origins and influences on today’s music, and overall diversity that we can access so easily today with the internet. It was really the starting point of my passion for it.

Ride – « Vapour Trail »

This track will always mean a lot to me, and refers to when I moved to Paris and everything that happened afterwards.

Golden Ticket moment : when did you get your big break ?

My first work experience at the magazine Les Inrockuptibles. The idea of setting up live events where I got to be in direct contact with venues, artists and basically produce events where most of these talents were performing for the very first time, was a really good feeling to experience and to share with them. It was the starting point that made me realize I wanted to work in this industry and create more of these moments.

The show/gig you recommend for someone who has rarely ever goes out?

Loyle Carner for his rythm and text, Beyoncé for a real entertainment show and generally speaking, any venue booking emerging / up and coming artists to discover.

Why on earth did you want to work in music?

Music has always been part of my day to day. So it was natural to dig and see what the industry was really about and the more I got into it, the more I enjoyed being a lever for musicians to perform. Being on the production side and helping them to express their art has always been a true passion and inspired me to keep going and offer more creative projets/events where they could thrive.

You meet aliens : which 10 tracks do they need to hear ?

>> Listen to the playlist <<

Joy Division – « Disorder »
2pac – « Dear Mama »
Kendrick Lamar – « Love Feat Zacari »
Leonard Cohen – « So Long, Marianne »
Tweet – « My Place »
Cornelius Brothers & Sister Rose – « Too Late To Turn Back Now »
Etta James – « At Last »
Blood Orange – « Champagne Coast »
Pavement – « Gold Soundz »
Aphex Twin – « Window Licker »

SRSLY (seriously) : what are the stakes of your job within the next 5 years ?

I don’t think the live industry could have difficulties to expand since it’s what’s makes streaming/physical music become real experiences. However, as the technology grows and offers new services, the live entertainment has to be in line with it and offer more experiences to the audience (through live streaming  or other new technologies). The struggle here is coming from massive companies such as Live Nation and AEG that are able to offer big money to certain artists (emerging and well established), which raises the level of what promoters/venues have to offer to breakeven, making it sometimes impossible for other players to book them. It is already happening and when it does, the result is that ticket prices increase, meaning the only music lovers to access these liveevents are the ones who are able to pay for them (experiences cost more in production, fees are bigger, etc.). Music should be accessible to everyone and there are ways of keeping fees low while still expanding live music’s business model.

Is there life after music, and what would yours be ?

Since music has always taken an important place in my life, I doubt I’ll just move on one day and do something completely different without including it. However, I definitely see myself opening an art gallery mixing photography, live performances and café one day. My three big passions!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s