30 de moins de 30 2020 : Manon Jessua

“Dansez, dansez, sinon nous sommes perdus” – Pina Bausch

Université / University

Sciences Po Paris, Master de Management Public International, Spécialisation Asie du Sud / Sciences Po Paris, Master in International Public Management, Specialisation on South Asian Studies

Poste actuel / Current position

Chef de Projet Conférences – International, Midem / International Conference Project Manager, Midem

>> LinkedIn <<

>> Twitter <<

>> Instagram <<

Music is life and life is music : 3 chansons/œuvres musicales marquantes personnellement ?

« Las simples cosas » – Chavela Vargas

J’ai vécu à l’étranger pratiquement toute ma vie, ce qui implique beaucoup de voyages, de déménagements et de déracinements. Cette chanson représente pour moi mon enfance entre la Bolivie, le Mexique, la Thaïlande, l’Inde : la difficulté de partir mais la beauté des choses simples vécues que l’on garde toujours en soi.

« Reina de todas las vidas » – Chico Trujillo

Cette chanson symbolise pour moi l’énergie de vitale de la musique : l’excès de la fête, la liberté de la nuit, la joie d’être ensemble, de danser et de célébrer à la fois l’insouciance et la gravité de la vie.

« Knack Am » – Yemi Alade

C’est avec Yemi Alade que j’ai découvert l’Afrique Sub-Saharienne, le foisonnement de sa créativité et la diversité de la musique contemporaine du continent qui est, depuis, devenue essentielle dans ma vie tant personnelle que professionnelle.

Ticket gagnant : quel a été le moment déterminant pour mettre le pied à l’étrier dans ce milieu ?

En cours à Sciences Po, un intervenant vient nous parler de l’industrie musicale aux Etats-Unis. C’était passionnant, il cherchait un assistant pour la prochaine édition de son événement : le Midem. J’ai sauté sur l’occasion sans aucune hésitation.

Recommandation de spectacle/concert à voir absolument pour quelqu’un qui ne sort jamais ?

Chico Trujillo ! Ce sont mes meilleures expériences de concert ! Même si on ne connaît pas l’Amérique Latine, qu’on ne comprend pas l’espagnol et qu’on ne connaît aucun des classiques chantés par le chilien Macha et sa bande, impossible de ne pas se laisser emporter par la puissance de la musique, la folie des musiciens autant que leur virtuosité, la ferveur du public et l’ambiance incroyable sur scène et dans la fosse. Sans oublier bien sûr la “face B” du groupe, Bloque Depresivo, qui réinterprète les plus belles mélodies latino-americaines pour un déferlement de beauté et d’émotion.

Qu’est-ce qui vous a pris de vouloir travailler dans la musique?

Aussi loin que je me souvienne, il y a toujours eu de la musique à la maison, dans la voiture, lors des voyages, des soirées, des déménagements, des repas de famille. Mon frère est musicien et mes parents nous ont permis de grandir dans des pays où la musique est essentielle : des bandas boliviennes, aux Danzones mexicains, les enregistrements du blues du désert et les spectacles en tous genres. Cette culture musicale m’a accompagnée tout au long de ma vie et m’a donné envie d’abord de travailler dans la culture et d’organiser des événements pour soutenir les artistes. Après des expériences dans les secteurs du théâtre, de la photographie ou du cinéma, c’est finalement la musique qui s’est imposée comme une évidence.

Vous rencontrez des aliens: les 10 titres / œuvres à leur faire découvrir ?

>> Ecouter la playlist <<

« Central Shore: Tio » – Hypno5e
« Dos Gardenias » – Angel Canales
« Gimme Tha Power » – Molotov
« Latinoamérica » – Calle 13
« Gasolina » – Daddy Yankee
« Zombie » – Fela Kuti
« Gbona » – Burna Boy
« Opr » – Gesaffelstein
« Mwashah » – Hamza El Din
Mozart: Piano Concerto No. 23 in A major, K. 488: II. Andante – Wolfgang Amadeus Mozart, par Mikhael Pletnev, Deutsche Kammerphilharmonie Bremen

SRSLY (sérieusement) : les enjeux de votre métier dans les 5 prochaines années ?

Malgré la crise que l’on traverse actuellement, je suis persuadée que l’avenir de la musique est radieux. D’abord, les artistes reprendront pleinement leur place au centre de l’industrie musicale, soutenus par des acteurs qui seront désormais à leur service, et non l’inverse. L’indépendance sera, plus que jamais, une force. Par ailleurs, la globalisation se poursuivra sans aucun doute avec, d’un côté l’émergence d’acteurs professionnels locaux ou régionaux sur la scène globale, et de l’autre l’internationalisation des artistes. Cette globalisation – et non uniformisation ! – de genres locaux, continuera de permettre aux artistes du monde entier d’accéder à de nouvelles audiences grâce au digital et à des collaborations entre artistes d’univers et d’origines différentes. Un exemple : la rencontre de l’afrobeats et du reggaeton dans “Arcoiris” ou “Un Peso” de Mr Eazi, J. Balvin et Bad Bunny.

Y a-t-il une vie après la musique et à quoi la vôtre ressemblerait-elle?

Difficile à imaginer ! Certainement toujours dans la promotion de la diversité culturelle. La danse ? Le cinéma ? La photographie ? Mais soyons honnêtes, la musique ne serait de toutes façons pas très loin…

Autre chose à rajouter ?

Davantage de morceaux dans ma playlist pour les aliens ?

…And now, in English…

3 songs/musical works that have been important in your life and why ?

« Las simples cosas » – Chavela Vargas

 I’ve lived abroad most of my life and that meant moving a lot and dealing with uprooting. This song represents my childhood between Bolivia, Mexico, Thailand, India: the difficulty to leave, but the beauty in the simple things you’ve lived and keep forever in you.

« Reina de todas las vidas » – Chico Trujillo

To me, this song symbolises the vital energy of music: the excess of partying, the freedom of the night, the joy of being together, dancing and celebrating the recklessness and seriousness of life.

« Knack Am » – Yemi Alade

It’s when I discovered Yemi Alade that I got introduced to Sub-Saharan Africa, to its incredible creativity and to the diversity of its musical creation, which has become since then essential in my personal and professional lives.

Golden Ticket moment : when did you get your big break ?

During a class at Sciences Po, a speaker was invited to talk to us about the music industry in the US. It was fascinating and he was looking for an assistant for the next edition of his event: the Midem. I knew that had to be me – and I haven’t looked back since!

The show/gig you recommend for someone who has rarely ever goes out?

Chico Trujillo! They are just amazing and my best memories of concerts! Even if you know nothing about Latin America or don’t speak Spanish or know any of the classics that the chilean Macha and his band are playing, it’s impossible not to get dragged in by how powerful the music is, how brilliant and crazy the musicians are and the incredible atmosphere on stage and among the audience. Of course, let’s not forget about their “face B”, Bloque Depresivo, and the way they reinterpret some of the most beautiful melodies of Latin music: it’s just pure beauty and emotion. 

Why on earth did you want to work in music?

For as long as I can remember, there’s always been music playing at the house, in the car, while traveling, at parties, dinners, when moving from one country to the next. My brother is a musician and my parents have allowed us to grow up in countries where music is essential: from bolivian bandas to mexican danzones, to desert blues vinyls, concerts and shows of all kinds. All of this musical culture has accompanied me throughout my life and gave me the will to organise cultural events. After trying different fields of culture, working in theater, photography or cinema, music ended up being the natural choice!

You meet aliens : which 10 tracks do they need to hear ?

>> Listen <<

« Central Shore: Tio » – Hypno5e
« Dos Gardenias » – Angel Canales
« Gimme Tha Power » – Molotov
« Latinoamérica » – Calle 13
« Gasolina » – Daddy Yankee
« Zombie » – Fela Kuti
« Gbona » – Burna Boy
« Opr » – Gesaffelstein
« Mwashah » – Hamza El Din
Mozart: Piano Concerto No. 23 in A major, K. 488: II. Andante – Wolfgang Amadeus Mozart, par Mikhael Pletnev, Deutsche Kammerphilharmonie Bremen

SRSLY (seriously) : what are the stakes of your job within the next 5 years ?

In spite of the current crisis, I’m convinced music has a bright future. First of all, artists will fully take central stage in the music industry, helped by players who will be at their service – and not the other way around. Independence will be, more than ever, a force. Also, globalisation will most certainly pursue its evolution with, on one side local and regional players entering the global stage, and on the other side, the internationalisation of artists. This globalisation – and not uniformisation! – of local genres will continue to allow artists from all around the world to reach new audiences thanks to digital and to collabs between acts from different musical backgrounds and origins. Case in point: when afrobeats meets reggaeton in “Arcoiris” or “Un Peso” by Mr. Eazi, J. Balvin and Bad Bunny.

Is there life after music, and what would yours be ?

That’s hard to picture! Most certainly still somewhere promoting cultural diversity. Dance? Cinema? Photography? But let’s be honest: music won’t be very far…

Anything else to add ?

More songs to my playlist for aliens?

Laisser un commentaire