30 de moins de 30 2020 : Quentin Duforeau

Crédit photo : Nina Muller

« Qui peut le plus peut le moins. » Selon moi, le vrai sens de cet adage réside dans l’objectif. C’est en se donnant le plus de moyen possible pour accomplir une action qu’on a les moyens assurés pour en réussir au moins une partie.

Université / University

Master audiovisuel et média numérique mention vidéo à l’Université Grenoble Alpes / Masters in audiovisual media arts specialized in video at the Université Grenoble Alpes

Mémoire / Research paper

Visibilité et réputation des réalisateurs et agences de production audiovisuelle en ligne / Visibility and reputation of directors and audiovisual production agencies online

Poste actuel / Current position

Co-fondateur & ex directeur culturel et artistique en charge de la programmation, Chromatique – Responsable de l’action culturelle à l’AADN Lyon – Travaille à l’implantation d’un festival de musiques actuelles autour de l’abbaye de Cluny et de ses monuments. / Co-founder and ex-artistic director, Chromatique – Head of cultural actions, AADN – Working on a music festival around the Cluny Abbey and its monuments.

>> LinkedIn <<

>> Facebook <<

Music is life and life is music : 3 chansons/œuvres musicales marquantes personnellement ?

Bolero – Maurice Ravel

C’est simplement un chef d’oeuvre. C’est ultra précis, c’est envoûtant et c’est visionnaire

« Me and Bobby McGee » – Janis Joplin

J’adore l’envolée que Janis Joplin prend dans cette chanson avec ses lalala ! Et puis, elle a un côté nostalgique qui s’écoute très bien le dimanche. Aussi, pour mes premières vacances entre potes, Pearl (l’album sur lequel figure cette chanson) était le seul CD de la voiture… Depuis je me passe très peu de Janis Joplin !

« Grandiose » – Pomme

Parce que cette chanson est poétique, un brin militante et qu’elle questionne notre avenir. Doit-on faire des enfants encore de nos jours ? Franchement, t’as vu le monde ? Et puis quelle voix…

Ticket gagnant : quel a été le moment déterminant pour mettre le pied à l’étrier dans ce milieu ?

En travaillant pour le Grand Bastringue, festival de reggae dub à Cluny, j’ai eu l’occasion (et la chance) de passer un long moment avec Soom T dans l’enceinte de l’abbaye. C’est un peu un lieu magique et travailler pour un festival dans ce cadre est vraiment un privilège. Ce moment d’échange et de partage musical a été un point de départ à ma carrière dans la musique. Une force, des convictions, une voix et surtout une grande passion raisonnait chez Soom T. Tout ça m’a transpercé ! Je ne pouvais alors que continuer sur cette voie.

Recommandation de spectacle/concert à voir absolument pour quelqu’un qui ne sort jamais ?

Sans hésitation, une forme bien particulière qui s’appelle « hors-lits ». Ce n’est pas vraiment un concert, bien qu’il y en ait, c’est un parcours déambulatoire artistique d’appartement en appartement (ou de maison en maison, dépendra de l’endroit où vous découvrez cet événement). C’est une invitation à découvrir des spectacles, concerts ou performances par des artistes ayant carte blanche. C’est la forme parfaite pour commencer à sortir doucement et en prendre plein les yeux. On reste dans un salon et, le mieux, c’est pas le nôtre, on peut voir comment les gens vivent. Bon…parfois les cartes blanches peuvent être assez expérimentales mais ça ne fait pas peur !

Qu’est-ce qui vous a pris de vouloir travailler dans la musique?

La musique a un pouvoir rassembleur et permet aux publics, si larges qu’ils soient, de se fédérer autour d’un projet artistique, d’une voix, d’une mélodie ou d’un message. C’est pour ce pouvoir rassembleur que j’ai besoin et envie de travailler dans la musique. Aussi parce qu’elle me permet de me rassembler moi-même et de renforcer ou créer plein de choses en moi. Travailler dans un domaine qui vous rempli d’émotion c’est quand même une vraie joie !

Vous rencontrez des aliens: les 10 titres / œuvres à leur faire découvrir ?

>> Ecouter la playlist <<

« Seuls et vaincus » – Gaël Faye
« Festa Tocandira » – Flèche love
« Mutate » – Jeanne Added
« Fever » – Balthazar
« Cigarette Duet » – Princess Chelsea
« Cambodia » – Kim Wild
« Pitcha » – Orange Blossom
« I feel love » – Donna Summer
« Electrique Yarghol » – Acid arab
« Carbon Content » – Calling Marian

SRSLY (sérieusement) : les enjeux de votre métier dans les 5 prochaines années ?

Je suis convaincu que la musique est politique et que c’est un milieu plein de disparités. Même si la diversité est une force, les inégalités sont un gros problème dans notre société. Je souhaite travailler à une scène encore plus inclusive, plus militante. Ces deux objectifs sont primordiaux dans les années à venir. Si la musique, et toute la médiatisation qui va avec, se fait encore plus militante, comme elle l’a été dans notre histoire, c’est pour rayonner sur toute la société.
Je crois aussi qu’il y a quelque chose à comprendre et à anticiper avec les nouveaux médias, les réseaux sociaux et les GAFA. On est face à un tournant et je crois que la filière musicale doit se préparer à le prendre (encore plus que maintenant). Il y a plein de choses que l’on n’a pas encore comprises, des impacts que l’on n’a pas encore mesurés…pour ma part, je suis sûr que la réponse est dans le lien social. Affaire à suivre ?

Y a-t-il une vie après la musique et à quoi la vôtre ressemblerait-elle?

S’il y a une vie après la musique, elle sera forcément accompagnée de Culture. Je crois que la question du métier n’est pas si essentielle pour moi, du moment qu’il y a des projets culturels dans ma vie. Alors, sans musique, je me tournerais vers d’autres formes me permettant de toujours créer du lien entre les publics et les artistes. Peut-être vers un autre pan des arts vivants, le théâtre ? Restons vivant.e.s !
Il ne faut pas le dire trop fort mais l’un de mes rêves les plus vieux est de monter sur scène et de jouer des grandes tragédies grecques et de les retravailler pour leur donner un petit goût de 21ème siècle.

Autre chose à rajouter ?

Non…et c’est rare !
Ah si, un petit “bravo pour votre travail” et un “merci” s’imposent. Franchement bravo !

…And now, in English…

3 songs/musical works that have been important in your life and why ?

Bolero – Maurice Ravel

It’s simply a masterpiece ! It’s extremely precise, it’s mesmerizing and it’s visionary

« Me and Bobby McGee » – Janis Joplin

I love the way Janis Joplin pushes the song forward with her lalala’s ! This song has a nostalgic element to it perfect for Sundays. Also, on my first trip with friends, Pearl (the album the song is taken from) was the only CD in the car… since then I do not do without Janis Joplin!

« Grandiose » – Pomme

Because this song is poetic, a bit militant and it questions our future. Should we still have children today? Honestly, have you seen the world? and what a voice …

Golden Ticket moment : when did you get your big break ?

While working for the Grand Bastringue, a reggae dub festival in Cluny, I had the opportunity (and the good fortune) to spend some time with Soom T in the abbey cloister. It’s a bit of a magical place and working for a festival in this setting is truly a privilege. This moment of musical exchange and sharing was a starting point for my career in music. Strength, convictions, a voice and above all a great passion echoed in Soom T. All of this pierced me! I could only continue on this path after that.

The show/gig you recommend for someone who has rarely ever goes out?

Without hesitation, a very particular initiative called « hors-lits » (« out of beds »). It’s not really a concert, although it does feature some, it’s an artistic walk from apartment to apartment (or house to house, depending on where you experience this event). It is an invitation to discover shows, concerts or performances by artists with « carte blanche ». This is the perfect format to start going out gently. We stay in a living room and the best thing is, it’s not ours, we can see how people live. Well … sometimes « carte blanche » means it can be quite experimental but that’s not scary!

Why on earth did you want to work in music?

Music has a unifying power and allows audiences, however large, to unite around an artistic project, a voice, a melody or a message. It is because of this unifying power that I need and want to work in music. Also because it allows me to pull myself together and strengthen or create lots of things within myself.. It is still a real joy to work in a field that fills you with emotion!

You meet aliens : which 10 tracks do they need to hear ?

>> Listen <<

« Seuls et vaincus » – Gaël Faye
« Festa Tocandira » – Flèche love
« Mutate » – Jeanne Added
« Fever » – Balthazar
« Cigarette Duet » – Princess Chelsea
« Cambodia » – Kim Wild
« Pitcha » – Orange Blossom
« I feel love » – Donna Summer
« Electrique Yarghol » – Acid arab
« Carbon Content » – Calling Marian

SRSLY (seriously) : what are the stakes of your job within the next 5 years ?

I am convinced that music is political and that it is an environment full of disparities. Even though diversity is a strength, inequalities are a big issue in our society. I want to work on an even more inclusive, more militant scene. These two objectives are essential in the years to come. If music, and all the media coverage that goes with it, becomes even more militant, like it was in our past, it will manage to shine on our society.

I also believe that there is something to understand and anticipate with new media, social media and GAFA. We are at a turning point and I believe that the music industry must prepare itself for it (even more than now). There are plenty of things that we have not yet understood, impacts that we have not yet measured … personally, I’m sure the answer lies in connecting people in real life. To be continued ?

Is there life after music, and what would yours be ?

If there is life after music, it will inevitably be accompanied by culture. I’d say job titles are not essential to me, as long as there are cultural projects in my life. So, without music, I would turn to other forms that would allow me to always create links between audiences and artists. Perhaps towards another side of performing arts, theater? Let’s keep on performing!

It shouldn’t be said too loud but one of my oldest dreams is to go on stage and play great Greek tragedies and rework them to give them a little 21st century taste.

Anything else to add ?

No… And that’s pretty rare!

Except that a “congratulations on your work” and a “thank you” seem to be in order. Honestly, well done!

“He who can do more, can do less” In my opinion, the real meaning of this adage lies in the purpose. It is by giving yourself as many means as possible to accomplish an action that you have the means to achieve at least part of it.

Une réflexion sur “30 de moins de 30 2020 : Quentin Duforeau

Laisser un commentaire